Source d'eau​ vive

 

Au fil des jours

Jour 20: vendredi, semaine 3

 

Nouvelle image de Dieu

 

Lors de périodes de transformation, nous apprenons à avoir confiance en la présence de l’Esprit qui est toujours là pour nous aider, malgré notre faiblesse. Quand nos efforts pour prier semblent vains, nous avons la certitude que «l’Esprit lui-même intercède pour nous en gémissements inexprimables» (Rm 8,26).

Donc, étonnamment, quelqu’un, quelque chose en nous, sans manifester de sentiments, nous incite sans cesse à avoir confiance dans l’obscurité et à plonger plus profondément en nous-mêmes. Nous grandissons en prenant conscience que l’intimité avec Dieu ne nous délivre jamais de notre condition humaine, mais plutôt nous la fait mieux comprendre.

 
 

Les temps difficiles que des auteurs spirituels tels Jean de la Croix et Thérèse d'Avila appellent «nuits obscures» nous aident à reconnaître que nos émotions, amour et haine, joie et tristesse ainsi que toutes les autres, ne sont que des fils dans la dense trame de nos vies. L’intégration de nos émotions fait partie de notre cheminement vers la maturité, un défi permanent dans notre parcours de foi, dans notre transformation à l’image de Dieu.

Le prophète Malachie écrit: «[Dieu] siégera pour fondre et purifier l’argent» (Ml 3,3). Un fondeur et purificateur d’argent est là, ne quittant pas des yeux ce métal qui est dans le feu. Il sait que l’argent est complètement purifié lorsqu’il peut y contempler son visage. Nous sommes confiants qu’au cours de nos nuits obscures, Dieu attise le feu de nos aspirations, et qu’ainsi nous reflétons de plus en plus son image.

 
 

Nous prenons courage de Marie, mère et première disciple de Jésus. À l'Annonciation, la puissance de Dieu la couvrit de son ombre. C'est l'ombre de Dieu qui rend l'Enfant saint. Lc 1,35.

Aussi, Pierre, Jacques et Jean à la Transfiguration, couverts par la nuée ont entendu la révélation de Dieu: «Celui-ci est mon Fils, l'Élu, écoutez-le.» (Lc 9,34-35)

Seulement lorsque Marie et les disciples, hommes et femmes, entrèrent dans les ténèbres de la Croix, purent-ils recevoir la lumière du Ressuscité au matin de Pâques. Seulement dans l'obscurité intérieure de leur vie, rassemblés en prière dans la Chambre Haute, purent-ils recevoir l'esprit de Jésus ressuscité et s'engager dans une voie nouvelle.

Ils ne savaient pas jusqu'où cela les mènerait mais ils avaient confiance en leur pouvoir intérieur, l'Esprit qui leur avait été envoyé. (Ac 1,12; 2,1-4).

Nos expériences de la nuit obscure nous poussent donc à apprivoiser l’obscurité, à entrer dans le mystère de Dieu: «Il doit s'asseoir à l'écart et se taire quand le Seigneur le lui impose… il y a peut-être de l'espoir!»… (Lm 3,28-29).

 
 

Réflexion

  • Je relis doucement les textes proposés. Je retiens le mot, la phrase, l'image qui me touchent.
  • Est-ce que je crois que la puissance de Dieu est active autant dans la noirceur que dans la lumière?
  • Comment puis-je dire que l'intégration de mes émotions fait partie de ma croissance dans la foi et participe à ma transformation à l'image et à la ressemblance de Dieu?
 

Prière

Ps 139, 11-18

… Même les ténèbres ne sont pas ténébreuses pour toi,
et la nuit devient lumineuse comme le jour:
les ténèbres sont comme la lumière!

 
 

© 2015. Tous droits réservés à la Congrégation de Notre-Dame.
Les images et le texte présentés dans ces pages ne peuvent être reproduits sans l'autorisation de leur auteur.