Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonGroupe Solidarité Justice

Accueil > Nouvelles

Groupe Solidarité Justice

Congrégation de Notre-Dame

À BIEN Y PENSER

Notre mère est en crise!

Notre mère est en furie... elle nous a piqué une bonne crise ces jours-ci... Elle dit qu'on ne comprend rien. Elle ne sait plus quel langage tenir. Même ses déchaînements ne sont pas compris... toutes ses sonnettes d'alarme nous sont inaudibles. Elle nous reproche de tout bousculer en ne pensant qu'à nous, alors qu'elle avait tout organisé pour que tous ses enfants soient comblés. Oui, notre mère est en crise... Elle nous trouve bien ingrats! Elle est indignée, elle est bouleversée!

Mais en bonne mère, après la semonce, elle nous donne encore une chance... Elle fait appel à ce qu'elle a fertilisé dans nos cœurs : la solidarité!

De tous les points de sa sphère, notre Terre-Mère tente de nous rassembler pour nous fortifier et nous aider à la restaurer. Le défi est immense, car immense a été notre inconscience.

Différentes tendances, différents mouvements s'organisent pour unifier nos efforts tant au niveau local que planétaire. Après avoir participé au mouvement Planète en grève, le 27 septembre, notre Groupe Solidarité Justice emboîtera le pas avec la Coordination du Québec pour la marche mondiale des femmes (CQMMF). La tradition des «marches» a des racines profondes au Québec. Nos devancières ont martelé le sol pour réclamer le pain, le travail, les soins, la paix...

Nous continuerons d'utiliser cette manifestation toute simple pour exprimer notre adhésion à cet effort global pour la planète. Dorlotons notre mère pour calmer sa furie…

Que nos pieds solidaires fassent sentir à la Terre-Mère que nous avons compris son message!

Denise Brunelle, CND


Réflexion

À leur réunion du 23 août, les membres du comité exécutif ont réfléchi ensemble à partir du texte de Lorraine Guay, Marcher pour transformer le monde, paru dans le très beau numéro d’été de la revue «Relations» qui était une invitation à la marche. Nous avons compris que «La marche politique pacifique recèle un immense potentiel (révolutionnaire) quand elle réussit à coaliser des gens de tous les secteurs de la société sur base de leur citoyenneté commune…». Nous avons retenu que le pouvoir de la rue, peu importe la revendication, conteste la prétention de l’État d’avoir le monopole des pouvoirs; les citoyennes et les citoyens qui occupent les rues construisent une autre légitimité du pouvoi !

Priorité pour l’année

Lors de l’assemblée générale d’avril dernier, les participantes ont été invitées à proposer des orientations prioritaires pour 2019-2020. Leurs suggestions visaient femmes, migration et environnement, soit femmes immigrantes et femmes autochtones, soit environnement et changements climatiques. Comme en 2020, la Marche mondiale des femmes vivra sa cinquième année d’action internationale et que les objectifs de la Marche rejoignent les enjeux qui nous préoccupent, le comité exécutif a opté comme priorité de joindre le mouvement de la Marche mondiale. Notre appartenance, comme groupe, à la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes nous inclut dans ce mouvement.


Appui solidaire à la CQMMF

Comme Groupe Solidarité justice, nous avons signé une lettre d’appui adressée au Secrétariat à la condition féminine (Canada) au projet Comprendre et agir ensemble qui a été présenté par la Coordination du Québec de le Marche mondiale des Femmes (CQMMF), dans le cadre du Programme de soutien financier à des initiatives en matière d’égalité entre les femmes et les hommes.

Participation à une consultation

Dans le processus conduisant à l’action internationale 2020 de la Marche mondiale des femmes, nous avons participé à la consultation visant à déterminer les revendications propres au Québec. Nos propositions étaient les suivantes:

Contre la pauvreté:

Que les employeurs soient tenus, par les normes du travail, d’offrir des emplois à temps complet, cela conjugué à l’instauration du revenu de citoyenneté.

Contre la violence:

Que le système judiciaire soit réformé pour protéger efficacement les femmes et filles violées.

Pour l’environnement:

Que des solutions soient mises en place pour contrer le gaspillage alimentaire

Femmes immigrantes:

Que, par voie législative, la reconnaissance des diplômes et de l’expérience soit assurée.


Retrait de la FFQ

Pour donner suite aux décisions de notre assemblée générale concernant notre participation à la FFQ, soit de rompre notre lien d’appartenance et d’en transmettre les raisons, un message a été adressé à la présidente de la Fédération disant que, selon nous, la mission de la FFQ, décidée démocratiquement lors de son récent congrès d’orientation, n’était plus reconnaissable dans le féminisme qui se développe actuellement à la Fédération et que nous ne la percevions plus comme le lieu rassembleur des luttes globales des femmes.


Participation à la grève pour la planète

Comment participer? Joindre les manifestations dans nos milieux respectifs:

À Montréal: 12h au monument George-Étienne Cartier sur le Mont-Royal

À Québec: 11h sur les Plaines d’Abraham (devant le musée des Beaux-Arts du Québec)

À Sherbrooke: 13h (lieu à venir)

Ou créer un événement dans notre groupe local.


À PROPOS DE… LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES

Un peu d’histoire

Il y a eu, en 1995, au Québec, l'événement mémorable de la Marche Du pain et des roses. De Montréal, Longueuil et Rivière-du-Loup, plus de 800 marcheuses ont convergé vers l’Assemblée nationale où 15000 personnes les ont accueillies. Les marcheuses portaient neuf revendications contre la pauvreté des femmes.

À l’automne de la même année 1995, lors du forum des ONG de Pékin, à la suite de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, à l’évocation de l’expérience québécoise, une idée a fait son chemin, celle d'organiser pour l’an 2000, une marche mondiale des femmes contre la pauvreté et la violence faite aux femmes qui réunirait des femmes de tous les pays. Celle-ci a reçu l'adhésion et la participation de 6 000 groupes de 161 pays différents. La Fédération des femmes du Québec a initié l’organisation de cette marche.

Depuis 2000, l’organisation de la Marche mondiale des femmes est constituée de Coordinations nationales. Périodiquement a lieu la Rencontre internationale réunissant des déléguées des différentes coordinations nationales qui déterminent les orientations de la Marche comme mouvement de solidarité internationale des femmes. Une action internationale est planifiée aux cinq ans.

Au Québec, le mouvement de la Marche mondiale est porté par la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF). Jusqu’en 2016, la CQMMF était sous le leadership de la Fédération des femmes du Québec. À l’automne 2018, la CQMMF s’est constituée en organisme autonome sans but lucratif ayant pour mission de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes, entre les femmes elles-mêmes, et entre les peuples, et de contribuer à éliminer les causes de la pauvreté et de la violence envers les femmes. Elle est formée d’une quarantaine de groupes membres dont notre Groupe Solidarité Justice


À l'agenda

À Québec

  • Le samedi 14 septembre, de 9 h 00 à 12 h 00, au Tam Tam Café, 421 boul. Langelier, Réflexion sur notre monnaie locale : le BLÉ de Québec.
  • Le lundi 16 septembre, de 08 h 30 à 09 h 00, à la radio, sur les ondes de 88,3 FM, Revenu de base, de l'argent pour les gens (émission spéciale).
  • Le mercredi 25 septembre, de 12 h 00 à 13 h 30, à l’Université Laval, (probablement dans le pavillon Félix-Antoine-Savard), midi-conférence sur le thème «La certification éthique» par Allison Marchildon
  • Le jeudi 26 septembre, à 19 h 00, à la librairie-café Le Mot de Tasse, 1394 chemin Sainte-Foy, cercle de discussion « Zéro déchet » avec le Groupe de simplicité volontaire de Québec.

À Montréal

  • Du vendredi 20 au dimanche 22 septembre, à la Villa St-Martin, formation sur Le défi de l’interculturalité dans nos ministères: de Babel à la Pentecôte, pilotée par le Forum pour le leadership et l'apprentissage interculturels du Conseil canadien des Églises.
  • Le dimanche 29 septembre, à 16h, à la Maison Bellarmin, 25, rue Jarry Ouest, La saison Emmaüs sous le thème «Mettre la table». Chaque personne peut en inviter une autre et apporter un plat froid qui sera partagé.
  • Le jeudi 3 octobre, De 9h à 16h, à Développement et Paix, 1425, boul. René-Lévesque O., 4e étage – local 401, assemblée générale annuelle du ROJEP, avec pour thème : Le ROJEP : nouvel élan et transformation.
  • Les vendredi et samedi, 4 et 5 octobre, Colloque | De la ville sous tension à la ville juste.
  • Le vendredi 4, de 19h à 21h30, au Centre Saint-Pierre, 1212, rue Panet, salle Marcel-Pepin (100), conférence d’ouverture par Saskia Sassen.
  • Le samedi 5, de 9h30 à 16h, à la Maison Bellarmin, 25, rue Jarry Ouest, journée d’étude. (Inscription et paiement obligatoires avant le 27 septembre).

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada