Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonUne immigrante qui devient visible - qui prend la parole

Accueil > Nouvelles

Une immigrante qui devient visible - qui prend la parole

Ercilia Janeth Ferrera Erazo, CND

Crédit photo: Marie-Claire Dugas

Oui, comme le dit le titre, une immigrante qui devient visible, c’est moi et toutes les personnes qui sont immigrées, en particulier la "caravane des migrants qui sont au Mexique" : Oui, visibles, parce qu'ils montrent la force nécessaire pour quitter leur pays bien-aimé, mais surtout pour montrer au monde entier la situation dramatique dans laquelle vit la majorité du peuple hondurien.

Je partage mon expérience et ce que je crois comprendre du message de la caravane... Je parle en tant qu'immigrante, dans un pays qui a été fondé et construit par des immigrants et en tant que fille de sainte Marguerite Bourgeoys, une immigrante qui a accueilli tant d'immigrants et qui a construit une nouvelle ville avec eux.

Oui, ces deux grands pays d'Amérique du Nord ont été bâtis et fondés par des immigrants européens... et je me demande si toutes ces personnes sont venues légalement avec leurs passeports et leurs visas... Se pourrait-il qu'elles aient aussi été considérées comme des envahisseurs? Est-il possible que Marguerite soit venue avec un visa à son arrivée à Ville Marie?... Je parle dans un contexte privilégié et légal, puisque j'ai obtenu un visa pour vivre ici dans ce beau pays.

Cette caravane de migrants peut être source d'indifférence, de silence et d'inconfort. Des questions se posent : pourquoi ne restez-vous pas dans votre pays et ne résolvez-vous pas vos propres problèmes là-bas avec les autres ? Il se peut qu’on ne comprenne pas toute cette situation ou qu’on ne soit pas très intéressé par leur situation ou leur problème, quelle qu'en soit la raison ; il est important et stimulant de nous donner un espace de réflexion et de recherche tous ensemble.

Comme le dit la chanson : "Je ne peux pas me taire, je ne peux pas être indifférent, face à la douleur de tant de gens, je ne peux pas me taire, je ne peux pas me taire, mes amis me pardonneront, mais j'ai un engagement, et je dois chanter la réalité...".

Oui, la réalité que montre la caravane est un cri, un cri de désespoir, un appel au secours, une pétition pour que les nations du monde entier remarquent la situation au Honduras ! C'est « une situation qui ne peut plus durer ». Alors pour ces gens, vaut-il mieux aller chercher un avenir meilleur pour leur famille, ou bien rester et mourir aux mains des maras ou des politiques du gouvernement actuel; ou encore mourir en cherchant d'autres solutions, même si elles sont risquées, même si elles impliquent souffrance, faim, douleur, fatigue... même si elles mettent la vie en jeu?

La caravane est une réponse sociale inattendue pour le gouvernement, les églises, les ONG, les politiciens... c'est une réponse surprenante de la base sociale.

Car la caravane est la visibilité d'une situation qui n'a cessé de se faire entendre depuis l'ouragan Mitch. Puis s’est ajouté le coup d'État de 2009, dont l'architecte était le même homme qui est aujourd'hui président du Honduras et qui était à l'époque président du Congrès national; pour lui, il était nécessaire de mener à bien le coup d'État parce que Manuel Zelaya souhaitait consulter au sujet de la possibilité d'une réélection présidentielle. Le comble est de constater que, sans consultation, mais en mettant en sa faveur tous les moyens et lois, les pouvoirs de l'État et les médias sociaux, Juan Orlando Hernandez s’est lui-même présenté en réélection. C'est une action inconstitutionnelle. Les dernières élections frauduleuses de novembre 2017 l’ont vu devenir le président du pays et proclamer que son gouvernement serait celui d'une « vie meilleure »; c'est pourtant un gouvernement en proie à la corruption, où la protestation est criminalisée... Donc, avec tout mon respect, une vie meilleure pour qui ?

Le président Juan Orlando Hernandez a été reconnu par les gouvernements des États-Unis et du Canada... mais pourquoi est-il reconnu, je me le demande : en raison des intérêts économiques que ces deux nations ont dans le pays et en Amérique centrale en matière d'exploitation minière et textile?

Le peuple d'Israël, avec son exode, a montré l'oppression et l'exploitation que lui faisait subir le pharaon d’Égypte. L'enfance de Jésus a aussi été vécue dans la fuite, car il courait le risque d'être tué par Hérode. Ces expériences de foi nous montrent l’importance de la valeur de la vie, de la protection de la vie

Les Honduriens fuient la situation d'oppression, de répression et de dictature qui règne dans le pays. Ils dénoncent à l'extérieur ce qui a été crié, dit, dénoncé pendant des années et qui n'a pas reçu d'écho, qui n'a pas été entendu. Ce cri actuel cherche à attirer le regard des nations du monde sur le pays, afin qu’elles offrent un mot d’espérance face à un tel désespoir, qu'elles donnent un souffle porteur de vie et qui aide à changer la situation injuste causée par le gouvernement actuel.

Les chemins de l'espoir se sont concrétisés

Il y a eu plusieurs mouvements qui sont sortis de la base, « du peuple, du peuple », comme on dit entre nous; ils ont fait face à la répression, aux disparitions, aux assassinats, et il y a eu aussi de nombreux prisonniers politiques... Si ce n’est pas le cas, qu’on m’explique alors les cent jours de défilés et de manifestations de la résistance populaire! Après le premier mandat de Juan Orlando – et je peux en parler parce que j'ai moi-même défilé et cherché des alternatives possibles aux côtés des gens – ont émergé le mouvement des flambeaux, le mouvement de l'indignation et aujourd’hui, le mouvement de convergence contre le continuisme, preuve que les gens ont cherché des solutions, que leur conscience s’éveille et qu'ils veulent un changement, changement que les autorités refusent de voir et d’entendre! C'est pourquoi cette manifestation massive de migrants nous stupéfie, nous déstabilise, parce qu'ils représentent une voix différente, une voix inattendue.

Et face à cette réalité de migration mondiale, le Pape François nous dit : « Ils espèrent tous que nous aurons le courage d’abattre le mur de cette complicité confortable et muette qui aggrave leur situation d'abandon, et que nous leur accorderons notre attention, notre compassion et notre dévouement » (Colloque du Saint Siège au Mexique sur les migrations internationales).

Dernières questions pour nous accompagner sur le chemin : Que ferait Jésus de Nazareth? Comment répondrait-il à cette situation? Que ferait Marguerite Bourgeoys? Comment répondrait-elle?

Et inspiré de notre belle orientation de mission « d'aller aux périphéries, dans un esprit de mutualité et de collaboration, répondre dans l’espérance aux cris de notre monde... ». Comment répondre à ce cri et à cette périphérie?

Merci aux personnes qui posent des questions, qui s’interrogent et qui sont inquiètes et mécontentes de cette réalité.

Voici une proposition de cinq actions de solidarité internationale que nous pouvons promouvoir POUR SOUTENIR L’EXODE DU PEUPLE HONDURIEN EN ROUTE VERS LES ÉTATS-UNIS.

  1. PIQUETS DE GRÈVE ET MANIFESTATIONS SILENCIEUSES DEVANT LES EMBASSADES ET LES CONSULATS :  du Honduras, du Mexique et des États-Unis pour exiger la démission de Juan Orlando Hernandez et de son cabinet en raison de leur corruption et de leur incapacité à résoudre la violence et la misère qui ont provoqués tant de déplacements forcés.
  2. LETTRES OUVERTES ET PÉTITIONS AUX MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES de nos pays exigeant des positions claires et le respect des droits de l'homme ainsi que la protection effective des gouvernements d'origine, de transit et final impliqués dans cette mobilisation.
  3. ACTIONS SYMBOLIQUES AVEC LES RÉSEAUX OU ACTEURS NATIONAUX FORTS AVEC LESQUELS NOUS TRAVAILLONS, caravanes de solidarité, utilisation de badges pour garder à l'esprit les tragédies humanitaires que nous vivons, matériel informatif de sensibilisation, témoignages, rencontres fraternelles avec les communautés des Honduriens dans nos pays, etc.
  4. UTILISATION DES MÉDIAS NATIONAUX pour informer de manière adéquate sur ce qui se passe réellement avec cet exode d’humains en quête d'une vie digne.
  5. EXIGER LA PARTICIPATION FERME ET COURAGEUSE DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, des observateurs, des médias et de tous les acteurs accrédités en tant que défenseurs des droits de l'homme afin de fournir une assistance humanitaire, de documenter, de dénoncer et d’exiger la protection de toutes les personnes sur cette route.

 

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada