Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonRéflexion du premier dimanche de l’Avent

Accueil > Nouvelles

Réflexion du premier dimanche de l’Avent

Frances MacDougall, CND

Crédit photo: Marie-Claire Dugas

J’ai été invitée à partager quelques réflexions de l’Avent avec vous

Imaginez que vous êtes un enfant de dix ans, tout excité à l’approche Noël et qui espère recevoir son cadeau préféré. Imaginez que vous êtes un étudiant à l’université qui prépare ses examens de fin de session en ce début de l’Avent. Imaginez que vous êtes de jeunes parents de trois enfants qui s’inquiètent de trouver assez d’argent pour pouvoir célébrer Noël. Imaginez que vous êtes une personne âgée qui aspire à ce que le Christ vienne et l’emmène chez lui.

Que diriez-vous à chacune de ces personnes à propos de l’Avent?

Nous pourrions peut-être commencer par rappeler à chacune que l’Avent marque le début de l’année liturgique. Nous pourrions les accueillir avec « Bonne année! ». « Une toute nouvelle année dépourvue d’erreurs » comme le dirait Anne de la maison aux pignons verts…

Dans les lectures d’aujourd’hui, l’évangile de Luc parle de désastre cosmiques et de libération. En tant que sœurs et personnes associées à la Congrégation de Notre-Dame, nous sommes appelées à la mission « d’éducation libératrice ». Espérons que l’invitation de cet Avent à la libération nous appellera à réfléchir à la question, « De quelle manière suis-je appelé-e à faire l’expérience de ‘l’éducation libératrice’ dans ma situation actuelle? » De quoi ai-je besoin d’être libéré-e?

Depuis quelques temps, nous semblons vivre quelque chose de semblable à des désastres cosmiques – des millions d’immigrants et de réfugiés errant dans le monde à la recherche d’un foyer; des inondations et des incendies dévastateurs au cours desquels des milliers de gens ont tout perdu; des personnes aux prises avec des problèmes d’accoutumance; la polarisation dans l’église comme dans la société; etc. Quel est le message « d’éducation libératrice » que le Christ nous demande d’apporter pour chacun de ces désastres?

En cet Avent, nous pourrions peut-être demander la grâce d’être plus conscient-e-s de la manière dont l’Esprit est à l’œuvre en chacun-e de nous et dans le monde d’aujourd’hui. Dieu travaille en nous et à travers nous. Soyons sur le qui-vive. Restons éveillé-e-s et prions à tout moment.

Un des livres les plus inspirants que j’ai lu dans les cinq dernières années est Otages avec Dieu – le récit de sœur Gilberte Bussière, CND, qui évoque son enlèvement et sa libération finale. Sa prière constante était « Garde-moi, Seigneur, j’ai fait de toi mon refuge ». Et chaque jour, elle et les deux prêtres italiens enlevés à ses côtés étaient soutenus par la parole de Dieu. Ils se rappelaient mutuellement que « tout est possible pour celui qui croit ».

En cette période de l’Avent, puisse la grâce de Dieu nous rappeler souvent que « tout est possible » dans nos vies et dans celles de tous ceux que nous rencontrons, et nous donner la perspicacité et le courage d’agir. Puisse notre prière quotidienne être « Garde-nous, Seigneur, nous avons fait de toi notre refuge ».

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada