Accueil > Nouvelles

Célébration de fin d’Avent ou du temps de Noël 2017, 2018

Denise Lamarche, CND

Noël

Oser croire en un Dieu prodigue,

Oser rencontrer son Fils Jésus,

Oser la compassion

et la célébration de l’amour

à la Congrégation de Notre-Dame

Avant la célébration

 

La présente célébration inspirée de notre orientation de mission n’est qu’une suggestion. Elle peut être adaptée à chacun des milieux. On peut la prier en une seule ou en plusieurs fois. Si on la vit en Avent on utilise uniquement le texte écrit en noir. Si on la vit après Noël, quelques changements s’imposent, changements écrits en rouge. Plusieurs fois, on remarquera les lettres OM. Elles indiquent que le passage cité vient de notre orientation de mission  

En marge, on remarquera que les interventions sont attribuées à diverses personnes :

A : Animatrice

P : Présidente

V : Une voix

     : Chant (si on ne peut le chanter ni le remplacer, on peut le lire.)

T : Toutes

G : Geste

Le visuel se construit progressivement. Il est composé de trois boîtes-cadeaux. Dans la première de ces boîtes, il y a la 1ère lettre de Dieu qui est en annexe de la célébration et un petit globe terrestre ou une image de la planète. Dans la 2e qui contient la 2e lettre de Dieu, aussi en annexe, on aura déposé quelques images exprimant diverses souffrances humaines. Dans la 3e, on trouvera la 3e lettre de Dieu, elle aussi en annexe, et les petits drapeaux ou d’autres symboles des pays où vivent nos sœurs.

À mesure qu’une sœur ouvre une boîte elle place son contenu près de la crèche qui attend Jésus ou qui l’a déjà reçu.

En plus de ce qu’il faut pour monter le visuel, il faut penser préparer la Bible car plusieurs passages toujours brefs devront être lus.

Si on le souhaite, on introduit des moments de silence ou de partage à la fin de 2.1.2, de 2.2.2, et de 2.3.2.

À toutes celles que cette suggestion peut rendre service, j’offre déjà mes vœux de Noël et mon soutien dans la prière.


1.             OUVERTURE DE LA CÉLÉBRATION

1.1          Sens de la célébration

A. La célébration que nous entreprenons de vivre ensemble se veut être une action de grâce pour ce que nous avons vécu au cours de l’année 2017 qui s’achève, et un appel à Dieu qui nous donne d’entrer dans l’année 2018. Nous arrivons à Noël (Nous sommes au lendemain ou dans le temps de Noël). Pour bien des gens, Noël, c’est la fête des cadeaux. Voilà pourquoi, solidaires du monde, nous avons devant nous trois boîtes cadeaux. Il nous faudra les ouvrir au cours de notre célébration et ouvrir surtout notre cœur dans l’esprit de l’orientation de mission de la Congrégation.

1.2          Prière d’ouverture

 

P.                                               Dieu notre Père,

                                                  depuis la création du monde,

                                                  tu ne cesses de le trouver beau.

                                                  C’est pourquoi nous acquiesçons sans cesse

                                                  à ce que nous dit la Genèse

                                                  dans la narration qu’elle fait

                                                  des sept jours de la création :

                                                  « Et Dieu vit que c’était bon. » (Gn1,10; 1,12; 1,18; 1,21; 1,25)

                                                  « Et Dieu vit que c’était très bon. » (Gn1, 31)

 

                                               Et Dieu vit que c’était bon (bis)

                                                  Amen! Amen! C’était bon.

 

P.                                               Pourtant, cette création si belle

                                                  pour laquelle nous te remercions,

                                                  il nous arrive de n’en pas prendre soin.

                                                  Aussi, la terre et les peuples qui l’habitent

                                                  crient devant toi leur misère.

                                                  Et toi tu entends toujours les cris

                                                  qui montent jusqu’ à toi. (Ex 3,7)

                                                                  

                                              Prends pitié de nous.

 

P.                                               Nous sommes appelées à aller

                                                  aux périphéries,

                                                  là où sont les pauvres,

                                                  là où sont les personnes méprisées, exclues,

                                                  là où sont les femmes esseulées,

                                                  là où sont les personnes qui n’ont pas eu la chance

                                                  d’apprendre à te connaître et à t’aimer,

                                                  là où sont les peuples qui se déchirent,

                                                  là où se trouve toute misère humaine.

 

                                              Venez, divin Messie (D’une même voix, DMV p. 398, no 375)

                                                 Venez, divin Messie, nous rendre espoir et nous sauver!

                                                 Vous êtes notre vie! Venez, venez venez!

 

                                                 Tout le ciel s’emplit (DMV’ p. 420, no 404, 4e couplet)

                                                 Gloire à Jésus Christ, gloire au Fils du Père!

                                                 Gloire à son Esprit dont l’amour éclaire

                                                  l’éclatant mystère qui remplit le ciel :

                                                  gloire à l’Homme-Dieu! Noël!

 

2.             LITURGIE DE LA PAROLE

2.1          Oser croire en Dieu qui nous donne une maison commune         

 2.1.1 Écoute de la Parole

                 

A. La Lettre aux Hébreux reconnaît bien le plus grand cadeau que Dieu a fait à l’humanité. Écoutons.

 

L.                                             Lettre aux Hébreux, 1,1-2

 

P.                                             Seigneur, tu es un Dieu prodigue. Pour notre bonheur, pour le bonheur de toute l’humanité, tu as tout donné, même ton Fils unique, ton bien-aimé.

 

                                                Voici Noël, (DMV, p. 403, no 385)

 

                                                  Voici Noël, alléluia, Noël, Noël, alléluia!

                                                  Voici Noël, alléluia, alléluia, alléluia!

                                                  (Même chant pour tout le temps de Noël.)

                                                  2.1.2     Célébration de la prodigalité de Dieu

 

A.  Aujourd’hui, osons croire en la prodigalité de notre Dieu créateur. Ouvrons le cadeau qui nous  est donné. Admirons-le.

 

G.                                             (Une personne ouvre la 1ère boîte-cadeau et lit la 1ère lettre de Dieu.)

 

                                                Chant : Seigneur venez, (DMV, p. 396, no 373)

                                                 

                  Seigneur, venez, la terre est prête pour vous accueillir.

                  Seigneur, venez, sur nos sillons le grain peut mûrir.

                  Car toute chair attend le Verbe de Dieu.

                  Qu’à notre désir enfin se rouvrent les cieux.

                  Mon Dieu, que votre règne arrive!

 

                  Fais-nous marcher à ta lumière, (DMV, p. 400, no 380)

 

                  Fais-nous marcher à ta lumière

                  Sur les chemins de ton Esprit.

                  Ouvre les yeux de notre terre

                  Au grand soleil du jour promis.

 

G.  (La personne qui a lu la Lettre de Dieu retire alors de la boîte le globe terrestre  ou la représentation de la planète qui s’y trouve. Elle place cela de belle manière avec la lettre qu’elle a lue.)

V.   Seigneur, parce que nous osons croire en ta prodigalité, nous voulons « honorer et respecter notre maison commune. »(OM)

T.   Nous savons bien que la terre est à tout le monde et qu’il faut la garder belle et bonne pour nous-mêmes et pour les générations futures.

V.   Notre foi en toi veut s’exprimer dans notre façon de vivre.

T.  Donne-nous, Seigneur, de « poser des gestes concrets, [de] résister aux forces de destruction et [de] favoriser la vie sous toutes ses formes. »(OM)

A. Écoutons ce que nous dit le prophète Isaïe et célébrons dans la foi la prodigalité du Seigneur toujours prêt à renouveler cette maison commune, cette terre donnée à tous les humains à travers les millénaires.

 

L.                                              Proclamation d’Isaïe 65,17-18

T.                                              Toi seul es bon, Seigneur!

                                                  Toi seul as créé l’univers.

                                                  Toi seul es bon, Seigneur!

                     2.2          Oser croire à la rencontre du Christ qui est là aux périphéries

2.2.1 Écoute de la Parole

A. C’est bien en notre monde que le Dieu créateur a envoyé son Fils. Écoutons ce qu’en dit l’évangile de Jean.

L. Évangile de Jean, 1,9-12

P. Seigneur, tu nous as donné ton Fils, Jésus. Il est venu aux périphéries où vivaient les pauvres, les exclus, les enfants que leur mère t’amenaient, les malades et les pécheurs.

                                     Voici Noël (comme en 2.1.1)

                                                  2.2.2     Rencontre du Christ sauveur

A. Aujourd’hui, osons rencontrer ce Jésus. Il est là où sont les humains les plus brisés par la pauvreté, la violence, le rejet. Il est là où vivent ceux et celles qui le cherchent. Il est là au milieu de nous.

G. (Une personne ouvre la 2e boîte-cadeau et lit la 2e lettre de Dieu.)

 

                                                Chant : Seigneur, venez, (DMV, p.396, no 373)

 

                                                  Seigneur, venez, le pain nous manque et nos âmes ont faim.

                                                  Seigneur, venez, la table est mise pour le festin.

                                                  Que votre Corps nous soit la force du jour,

                                                  Que votre présence en nous ravive l’amour.

                                                  Mon Dieu, que votre règne arrive!                                                                                                                 

                  Ça, bergers (chant traditionnel)

                  Ça, bergers, assemblons-nous,  allons voir le Messie.

                  Cherchons cet enfant si doux dans les bras de Marie.

                  Je l’entends, il nous appelle tous, ô sort digne d’envie!

 

G.  (La personne qui a lu la 2e lettre de Dieu retire alors de la boîte les images ou autres symboles illustrant les misères du monde. Elle place cela de belle manière avec la lettre qu’elle a lue.)

V.  Père, parce que notre plus grand désir est de rencontrer ton Fils Jésus, nous voulons aller aux périphéries.

T. Nous savons bien que c’est là que Jésus se trouve et que nous pouvons faire sa véritable rencontre. N’a-t-il pas dit après qu’il eut grandi et après que tu l’aies relevé de la mort : «Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.» (Matthieu 25,40)

V. Quand notre foi en toi est inquiète, nous nous tournons vers l’espérance.

T. Et c’est «dans l’espérance, dans un esprit de mutualité et de collaboration, [que nous voulons] répondre aux cris de notre monde blessé. » (OM) Creuse en nous, Seigneur le désir d’aller aux périphéries.

A. Écoutons comment l’évangile de Marc justifie la relation de Jésus de Nazareth avec les pauvres et les pécheurs.

L.                                            Proclamation de Marc 2, 16-17

 

                                              Toi seul es bon, Seigneur!

                                                  Toi seul as créé l’univers.

                                                  Toi seul es bon, Seigneur!

2.3              Oser la compassion et célébrer l’amour

                      2.3.1 Écoute de la Parole

A.  En beaucoup de passages bibliques, il est question de l’immigré, de l’étranger. Accueillons un passage du Deutéronome.

L. Deutéronome 10,17-19

V.  Seigneur, tu es bien le Dieu de tout l’univers. Tu es le Père de tout humain sans distinction de race et de culture. Ton Fils agissant comme toi a accueilli les Juifs et les Samaritains. Il n’a pas craint de s’approcher de la femme adultère. Il a loué la foi du centurion romain…

 

                                    Voici Noël ( comme en 2.1.1)    

2.3.2     Contemplation du Christ se faisant accueillant à toute personne de bonne volonté

A. Aujourd’hui, osons contempler le Christ ouvrant son cœur à ceux et celles qui venaient vers lui quelles que soient leur origine et leur appartenance sociale et religieuse.

 

G.  (Une personne ouvre la 3e boîte-cadeau et lit la 3e lettre de Dieu.)                                              

                                             Chant : Seigneur, venez, (DMV, p. 396, no 373)

 

                                                  Seigneur, venez, le froid nous mord et la nuit est sans fin.

                                                  Seigneur, venez, nos yeux espèrent votre matin.

                                                  Que votre paix se lève sur nos douleurs,

                                                  Qu’au feu de l’Esprit renaisse un monde qui meurt.

                                                  Mon Dieu, que votre règne arrive!

 

                                                  Peuple fidèle, (DMV, p.418, no 402)

 

                                                  Peuple fidèle, en ce jour de fête,

                                                  Proclame la gloire de ton Seigneur,

                                                  Dieu se fait homme pour montrer qu’il t’aime.

                                                  En lui viens reconnaître (3) ton Dieu, ton Sauveur.

 

G. (La personne qui a lu la 3e lettre de Dieu retire alors de la boîte les drapeaux des pays où vivent les CND ou autres symboles illustrant l’internationalité. Elle place cela de belle manière avec la lettre qu’elle a lue.)

V. Père, nous savons bien que tu es le Dieu du monde entier. Nous croyons très fort en Jésus qui nous appelle à vivre en sœurs de toutes les personnes, sans leur infliger l’insulte de les dire moins travaillantes, moins intelligentes, moins bonnes que nous.

T. Nous reconnaissons en Jésus, le bon berger voulant rassembler toutes les brebis, même celles qui ne la connaissent pas encore.

V. Il nous invite à « vivre l’interculturalité, » à le suivre sans crainte, à marcher ensemble avec lui en « faisant face à nos peurs et à nos vulnérabilités. »(OM)

T. Pour vivre à sa manière, nous supplions le Seigneur Jésus de « nous ouvrir [lui-même] à la diversité des générations, des cultures, des attitudes et des structures. »(OM)

A.  Écoutons encore ce que nous dit la Parole qui nous invite à assumer une vie interculturelle.

L.  Proclamation de Jérémie 22,3

A. zEntrons dans le silence. Jésus Christ nous appelle à « humaniser toutes nos relations. » (OM)  Demandons-nous « comment dès lors nous allons vivre aujourd’hui » (OM) nos relations à la terre, nos relations aux périphéries, nos relations aux personnes d’une autre culture que la nôtre.                                                 

(Un bon temps de silence qui peut être ou non suivi d’un moment de partage. On pourrait aussi vivre ce partage lors d’une réunion communautaire.)                      

3.                 CONCLUSION DE LA CÉLÉBRATION

3.1              Prière conclusive

P.                                               Dieu notre Père,

                                                  c’est en portant en notre cœur

                                                  l’amour de notre Congrégation,

                                                  de notre Église et de l’humanité

                                                  que nous avons voulu te prier.

T.                                              L’incarnation de ton Fils bien-aimé

                                                  est le présent incommensurable

                                                  que tu nous as fait.

                                                  Nous te réitérons, dans le Magnificat de Marie,

                                                  toute notre reconnaissance.

 

                                               Chant du Magnificat

 

3.2              Bénédiction

                     

P.                                              Comme Marguerite Bourgeoys et avec elle,

                                                  nous voulons te plaire à toi seul, notre Dieu,

                                                  en vivant de multiples manières

                                                  notre orientation de mission.

 

T.                                              « Enracinées en Jésus Christ dans l’amour et la compassion,

                                                  nous, sœurs de la CND et personnes associées

                                                  osons, dans un dialogue contemplatif

                                                  vivre l’inculturalité (…)

                                                  aller aux périphéries (…)

                                                  honorer et respecter notre maison commune.(OM)

 

P.                                             À l’approche de la nouvelle année,

                                                Déjà parvenues à vivre la nouvelle année,

                                                 nous implorons ta bénédiction en chantant :

                                              Mon Dieu, bénissez la nouvelle année,

                                                  rendez heureux nos parents, nos amis.

                                                  Elle est toute à vous et nous est donnée.

                                                  Elle est un pas vers le paradis. (Bis)

P.                                             Allons, dans la paix du Christ.

T.                                              Nous rendons grâce à Dieu.


Annexe 1

Lettre de Dieu à l’humanité, à l’Église, à notre congrégation ( 1ère boîte )

Moi, Dieu, je vous ai préparé un premier cadeau : celui de votre maison commune : la planète terre.

J’ai voulu le faire beau ce cadeau quand je le créais. Avez- vous vu comme il est beau ce cadeau? Avez-vous pris le temps d’admirer la planète que vous habitez avec ses arbres qui accueillent les oiseaux, arbres toujours nouveaux en leur printemps, en leur été, en leur automne et même en leur hiver? Avec ses champs de blé, ses vignobles si généreux? Avec ses ruisseaux, ses lacs, ses rivières, ses golfes et ses mers? Avez-vous profité du soleil, de la lune et des étoiles que vous pouvez apercevoir de tous les lieux que vous habitez?

Ce cadeau, comme tous les présents, je vous donne toujours de l’apprécier. C’est moi qui vous rends aptes à poser des gestes concrets pour le garder beau. C’est moi qui vous rends capables de résister aux forces de destruction et de favoriser la vie sous toutes ses formes. 

Ce présent je vous le confie. J’ai confiance en vous. Je vous demande d’honorer et de respecter votre maison commune. Pour cela, le plus beau cadeau que je vous offre, c’est mon Fils Jésus qui aimait les fleurs des champs, les oiseaux du ciel, le lac, la route et la montagne.


Annexe 2

Lettre de Dieu à l’humanité, à l’Église, à notre congrégation ( 2e boîte )

Moi, Dieu, je regarde le monde que j’ai créé et je suis choqué. Oui, tout ce qui se passe aux périphéries me donne un choc. Je ne peux pas résister à vous le dire. Dans ces périphéries, la joie de Noël est ternie par la misère. J’entends encore le cri des pauvres qui monte jusqu’à moi. J’entends le cri des enfants dont on viole le droit à l’enfance. J’entends le cri des femmes violentées, déshonorées, abusées, humiliées J’entends aussi le cri des hommes vivant dans la rue.  J’entends le cri des familles où manquent le pain, le respect, la bonne entente. J’entends le cri des peuples qui se détruisent dans d’atroces guerres. J’entends tous les cris du monde blessé.

J’entends, particulièrement cette année, le cri des victimes de tant de catastrophes : ouragans, cyclones, inondations, séismes… le cri étouffé des victimes de prosélytisme tuées au nom d’une religion mal comprise, tuées en mon nom alors que tous les humains sont mes enfants, qu’ils sont, en mon Fils Jésus, frères et sœurs tous ensemble.

Le plus beau cadeau que je vous offre, c’est mon Fils Jésus, celui qui est allé aux périphéries pour porter la joie de l’Évangile.


Annexe 3

Lettre de Dieu à l’humanité, à l’Église, à notre congrégation ( 3e boîte )

Moi, Dieu, je reconnais, partout sur la terre, des hommes, des femmes, des enfants qui, bien qu’étant semblables, sont tous différents. C’est une richesse dont je vous fais cadeau. Je veux vous relever de votre peur des différences culturelles. Je vous donne de vivre l'interculturalité.

Je vous donne la capacité de vous ouvrir à la diversité des générations. Voyez comme les personnes aînées apportent la sagesse après avoir vécu tant d’expériences. Voyez comme les plus jeunes vous invitent à vous dépasser pour faire une place à leur avenir. Voyez comme il y a place à l’engagement social des gens de diverses générations.

Je vous donne l’aptitude de reconnaître la richesse des diverses cultures, des différentes attitudes dans les divers évènements de la vie. Je vous donne de vous ouvrir aux autres, à leurs philosophies, à leurs rites, à leurs langues.

Je vous donne de répondre à l’appel de mon Fils qui a pris chair humaine, appel à humaniser toutes vos relations.

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada