Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonRencontre du Réseau de justice sociale de la CND - 27 juillet 2012 (2)

Accueil > Nouvelles

Rencontre du Réseau de justice sociale de la CND - 27 juillet 2012 (2)

CND

La Bible : un outil précieux devant la crise écologique actuelle
David Fines
Église Unie du Canada

 

 


Coauteur (avec monsieur Norman Lévesque) du livre Les pages vertes de la Bible (Montréal, Novalis, 2011), monsieur David Fines explique aux membres du Réseau de justice sociale de la Congrégation de Notre-Dame la démarche qui a mené à la publication de cet ouvrage.



La Bible, disons-le, n'est pas un traité d'écologie. On peut cependant y puiser beaucoup d'inspiration sur le sujet. Messieurs Fines et Lévesque ont retenu 74 citations pour leur livre, mais il y en a d'autres ! Les citations nous sont présentées selon les saisons du calendrier liturgique et quelques fêtes ou " journées internationales " en lien avec l'environnement.

Avant de nous en donner des exemples, monsieur Fines précise les raisons pour lesquelles la Bible constitue un outil de réflexion si crédible pour les écologistes d'aujourd'hui.

D'abord, le Dieu de la Bible, c'est le Dieu Créateur. C'est un Dieu bienfaiteur : Il créé la nature bonne. Dieu se soucie de sa Création : l'humanité, la faune et la flore. Pour les auteurs de la Bible, le salut que Dieu offre, Il l'offre aussi à toute sa Création. " La terre nouvelle " est un concept biblique extrêmement important. Dieu se désespère de la façon dont on traite cette terre qu'Il a créée. À la fin des temps, la terre sera restaurée. Pour Jésus aussi, la nature est importante. Il utilise beaucoup d'images inspirées du monde naturel dans ses paraboles : grain de sénevé, un arbre qui porte du fruit... En outre, il a vécu lui-même très proche de la nature : Nazareth est un petit village et la Galilée, une verte contrée. Jésus a sûrement vu les champs d'orge et de blé, il a probablement participé aux vendanges comme les autres jeunes de son village. Il a en outre vécu entouré de gens qui, comme lui, vivaient au rythme des saisons : il suffisait d'un été de sécheresse pour que vienne la famine !

La nature témoigne également de Dieu : Dieu est visible dans la Création. Jésus l'a vu dans les champs, dans les oiseaux, dans les ruisseaux, dans la tempête sur le lac Tibériade. Tout manifeste l'omniprésence de Dieu dans le monde qu'Il a créé.

Enfin, quelques uns des auteurs de la Bible (parmi ceux qu'on connaît) étaient des citadins, mais peu. Si leur théologie n'est pas une théologie " écologiste ", elle demeure néanmoins fondée sur l'observation de la nature. Ainsi, quand dans Job 38,22 on parle de " greniers de neige et de grêle ", il faut comprendre ce que repréésentaient ces éléments pour des gens dont la subsistance était liée à leur récolte. Ce verset nous dit que même dans la pire adversité, il y a moyen de rencontrer Dieu.

Monsieur Fines nous présente ensuite un passage pour chacune des six saisons liturgiques, l'Avent, Noël, l'Épiphanie, le Carême, Pâques et la Pentecôte. Les participantes auront l'occasion de travailler un verset en petits groupes suivi d'un partage en plénière.

 

 

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada