Your browser is not Javascript enable or you have turn it off. We recommend you to activate for better security reasonFête de la Visitation à Saint-Louis-de-Kent

Accueil > Nouvelles

Fête de la Visitation à Saint-Louis-de-Kent

Edwidge Godin CND Saint-Louis-de-Kent

Comme à chaque année, le 31 mai fut ici l’occasion de fêter avec nos associées : Accueil, temps de partage, et…pour annoncer le repas, une musique entraînant vers le réfectoire. Autour des tables, nous faisons honneur à une délicieuse casserole de sœur éveline et plusieurs bons plats apportés par nos associées !

À 18 h 30, nous voilà à l’église, louant le Seigneur, comme Marie de la Visitation, pour Son Amour qui s’étend d’âge en âge. Cette Visitation, qui a inspiré la vie missionnaire de Marguerite Bourgeoys, nous rejoint évidemment, mais d’autres aussi… car l’Esprit souffle où il veut.

Sœur Jacqueline Boudreau, notre animatrice, se met à l’orgue pour lui faire rendre les plus beaux sons et inviter l’assemblée à chanter. Après l’homélie, notre curé nous invite à renouveler nos vœux, puis nos associées renouvellent leur engagement.

Après la messe, une petite EXPOSITION nous attend dans la salle de l’église: Une vie transformée par une visite de Marie, une vie donnée à son Dieu et aux autres… Vous devinez ?… il s’agissait de la vie de Marguerite Bourgeoys. Mais qui était l’auteur(e) de ce projet ? Dans l’assemblée, une dame voulant passer inaperçue et portant le prénom « Susan », une artiste anglophone passée au catholicisme ces dernières années, nouvelle venue dans la région, était l’auteure principale de cette petite exposition.

Récemment, après une conversation avec sœur Bernice Daigle, cette dernière lui prêta quelques livres relatant la vie de Marguerite Bourgeoys. Susan, intéressée à se renseigner sur la vie des saintes et des saints, avait reçu « un coup de cœur » pour cette Marguerite qu’elle trouvait tellement à son goût : « Je veux faire une petite exposition pour la faire connaître », disait-elle.

Elle voulut donc se renseigner davantage, en venant nous rencontrer, faisant corriger son texte, son français, etc. Elle voulait quelque chose de simple, avec des mots compréhensibles pour le commun des gens, et des illustrations qui retiendraient l’attention. Son but ? Montrer que Marguerite avait été femme de contemplation tout en étant tellement attentive aux besoins de son époque, tant dans la société que dans l’église.

Une phrase en évidence donnait à réfléchir : « Marguerite a mis ses talents au service des autres. Et moi, aujourd’hui ? »… Et j’oserais ajouter: «Une nouvelle venue qui, hier, ne savait rien de Marguerite, trouve aujourd’hui en cette femme, une inspiration pour sa vie. Et moi ? Et nous ? »

L’Esprit souffle où il veut, n’est-ce pas ?

 

 

Retour à l'index précédent Toutes les nouvelles
© Tous droits réservés Congrégation de Notre-Dame, Montréal, Québec, Canada