Notre-Dame-des-Écoles

Par Michelle Renaud
Photo : Samantha Etane

 

Statue de Notre-Dame-des-Écoles par Giacomini et Balducci

Saviez-vous que l’on peut admirer au 2330, rue Sherbrooke Ouest une magnifique statue en marbre de Notre-Dame-des-Écoles, sainte patronne de toutes les institutions d’ensei­gne­ment ? Sculptée en Italie au tout début du XXe siècle, cette statue nous rappelle que l’édifice qui l’abrite a été pendant près de soixante ans le foyer d’où rayonnait l’Œuvre de Notre-Dame-des-Écoles de la Congrégation de Notre-Dame.

Pour comprendre le lien entre Notre-Dame-des-Écoles et la Congrégation de Notre-Dame, il faut remonter au renouveau religieux qui se manifeste en France après la Révolution pendant presque tout le XIXe siècle sous la forme de diverses initiatives scolaires. L’une d’elles est la création par l’abbé Guyot, en 1894, avec l’appui du pape Léon XIII, de l’Œuvre de Notre-​Dame-​des-Écoles afin d’assurer le succès des écoles qu’il a ouvertes dans sa paroisse. En France, l’Œuvre ne survit pas aux lois anticléricales abolissant les écoles confessionnelles, mais elle a le temps de passer au Québec. Elle y est adoptée par le cardinal Taschereau qui charge la Congrégation de Notre-Dame de diffuser cette œuvre étroitement liée à la mission d’éducation de leur fondatrice, sainte Marguerite Bourgeoys. Dès son ouverture en 1899 dans le Vieux-Montréal, l’École normale de la Congrégation est donc placée sous le vocable et le patronage de Notre-Dame-des-Écoles1.    

Dès juin 1903, une riche bannière représentant Notre-Dame-des-Écoles se répand dans tout le Québec et se rend même à Rome où elle reçoit la bénédiction du pape Pie X en 1906. Le 12 juillet 1911, la Congrégation obtient du souverain pontife la permission d’ériger la chapelle du futur édifice de l’École normale sous le patronage de la Vierge des écoles et de célébrer sa fête le troisième samedi d’octobre. L’autorisation obtenue, elle confie aux artistes italiens Giacomini et Balducci la tâche de ciseler l’image de la Madone dans le beau marbre blanc de Carrare. Installée dans une niche au-dessus du maître-autel de la nouvelle École normale (au 2330, rue Sherbrooke Ouest), la statue est bénite solennellement le 7 octobre 1915.

 

Détail de l'œuvre de marbre par Giacomini et Balducci

 

La dévotion prend de l'ampleur

Au fil des ans, la dévotion envers Notre-Dame des Écoles ne cesse de grandir à l’École nor­male si bien que lors du vingt-cinquième anniversaire de l’institution, en juin 1924, les an­ciennes normaliennes décident de fonder l’Amicale Notre-Dame-des-Écoles, une asso­cia­tion qui leur « donne l’occasion de se rencontrer et de coopérer à des œuvres de bienfaisance dont la principale favorise l’éducation2 ». Toutefois, la dévotion à Notre-Dame des Écoles ne reste pas confinée dans les murs de l’École normale, loin de là…

En effet, depuis le tout début, les sœurs veillent à ce que reproductions, images, médailles et statues propagent la dévotion à Notre-Dame-des-Écoles, non seulement dans les écoles de la province, mais partout au Canada et même à l’étranger : « Terre-Neuve, Afrique, Japon, Territoires du Nord-Ouest canadien, Guadeloupe, Haïti, Texas, Mexique, Chili, Saint-Domingue ouvrent la liste des centres lointains qui, peu à peu, seront intéressés à la cause dont le centre, désormais, est à l’École normale des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal3 ».  

Enfin, le 12 novembre 1952, agréant la requête des évêques canadiens, Pie XII proclame Notre-​Dame-​des-Écoles « patronne des écoles et de la jeunesse étudiante pour tout le Canada ». La dévotion à la Vierge connaît alors un grand élan : une prière officielle est im­pri­mée et traduite en 15 langues et, en l’année mariale 1954, toutes les écoles du Canada et de nom­breuses maisons d’enseignement d’autres pays se consacrent officiellement à Notre-Dame-des-Écoles4.    

La dévotion à la Vierge des écoles culmine le 30 avril 1958 lors du couronnement solennel de la statue par le cardinal Paul-Émile Léger, avec l’autorisation spéciale du pape Pie XII, dans la chapelle de l’École normale. Ce couronnement marque le 300e anniversaire de la fondation de la première école de Montréal par sainte Marguerite Bourgeoys, dans une bâtisse ayant servi d’étable. Plus de cinquante prêtres venus de toutes les parties du Canada, des repré­sen­tants de diverses communautés, des personnalités civiles et scolaires, dont le surintendant de l’Instruction publique, ainsi que trois évêques assistent à cette cérémonie qui consacre offi­ciel­lement l’Œuvre de Notre-Dame-des-Écoles.

En 1961, le pape Jean XXIII, désireux de promouvoir la dévotion à Notre-Dame-des-Écoles, accorde de nombreux privilèges aux personnes qui visitent son sanctuaire dans la chapelle de l’École normale. Dans son édition du diman­che 1er juillet 1962, l’hebdomadaire La Patrie sou­ligne : « Le sanctuaire de NDE est devenu le lieu de pèlerinage de toute la jeunesse étu­diante du Canada, des États-Unis et de l’Europe5 ». En 1970, à l’occasion de l’Année inter­na­tio­nale de l’éducation, et à la suggestion de l’Unesco aux États-​Unis, une requête est adressée aux principaux res­pon­sables de l’éducation de tous les pays afin d’étendre la dévotion envers Notre-Dame-des-Écoles au monde entier. Par la suite, les 500 réponses reçues sont remises au pré­fet de la Sacrée Congrégation pour l’éducation chrétienne. Mais les temps ont changé : la Sacrée Congrégation pour le Culte divin fait savoir à Mgr Paul Grégoire, archevêque de Montréal, dans une lettre qui lui est adressée le 21 juin 1971, qu’elle ne juge pas opportun de faire cette procla­mation pour le moment6.    

 

En 2013, la statue de Notre-Dame-des-Écoles se trouve toujours au 2330, rue Sherbrooke Ouest. Toutefois, elle n’est plus dans la chapelle de l’École normale, dont l’espace est main­tenant occupé par les bureaux administratifs de la Congrégation de Notre-Dame, mais dans celle de la huitième Maison mère de la communauté. Intimement liée au rayonnement édu­catif de la Congrégation, elle témoigne de son histoire et, à travers elle, de l’évolution d’une société.


Références

  1. Histoire de la Congrégation de Notre-Dame, vol. XI, tome II, p. 491-492.[retour au texte]
  2. École normale Jacques-Cartier, 1899-1949, Archives de la Congrégation de Notre-Dame, p. 47.[retour au texte]
  3. Histoire de la Congrégation de Notre-Dame, vol. XI, tome II, p. 495.[retour au texte]
  4. Ibid., p. 497.[retour au texte]
  5. Ibid., p. 506.[retour au texte]
  6. Ibid., p. 511.[retour au texte]
 




 

Que font les
sœurs de la
Congrégation
de Notre-Dame
en 2018 ?