La chapelle actuelle de la Maison mère

Par Marie-Josée Morin et Élise Thierry
Photos : Samantha Etane

 

Détail du chemin de croix en mosaïque conçu et réalisé par sœur Cécile Marois, CND.

Lors de la construction de l’édifice de l’École normale en 1912-13, une grande chapelle est aménagée au premier étage de l’aile ouest, sous le patronage de Notre-Dame-des-Écoles. Cette chapelle a été utilisée jusqu’à la reconversion de cette partie de l’édifice pour accueillir les bureaux de la Maison généralice au milieu des années 1970. Depuis, une pièce du deuxième étage a été consacrée en tant que nouvelle chapelle.

La chapelle comprend de nombreuses œuvres d’art. Les vitraux ont été réalisés en 1958 par le maître-verrier Vincent Poggi pour la chapelle originale. Le thème est inspiré des symboles des quinze mystères de la vie de Jésus, appelés aussi les Mystères du Rosaire.

 

Vitraux réalisés par Vincent Poggi sur un thème inspiré des Mystères du Rosaire.

On retrouve également deux statues de marbre blanc : celle de Notre-Dame-des-Écoles a été réalisée par les sculpteurs Balducci et Giaccomini en 1915 ; celle qui représente Marguerite Bourgeoys a été sculptée par Vecoli en 1959.

 

Autel et oeuvres d'art. La statue de gauche représente Notre-Dame-des-Écoles et celle de droite Marguerite Bourgeoys.

 

Contribution de sœur Cécile Marois

Plusieurs objets pieux ont été créés par sœur Cécile Marois (Saint-Gilbert-Marie), CND. Née le 17 février 1914 à Saint-Thomas de Montmagny, sœur Marois fait profession le 25 janvier 1935 et enseigne dans différentes écoles. En 1949, elle obtient avec grand succès le diplôme de l’École des Beaux-Arts de Montréal et, en 1959, une maîtrise ès Beaux-Arts de l’Université Columbia (New York). Sœur Marois a conçu le chemin de croix, exécuté entièrement en mo­saïque, qui comporte les quatorze stations traditionnelles. Elle a également créé, en 1965, les panneaux de céramique qui ornent l’autel et l'ambon puis, en 1973, la console supportant le tabernacle et le retable. Ces éléments décoratifs présentent une belle unité tant dans la ma­tière, la céramique, que dans le thème de la Rédemption du Christ.

 

Sur les murs on reconnaît les stations traditionnelles du chemin de croix.

Un lieu de tradition et de vie

La chapelle actuelle de la Maison mère réussit à allier tradition, par l’iconographie de ses vitraux colorés, et modernité, par l’épurement des lignes des statues et la sobriété de sa décoration.

 

Une invitation au calme et au recueillement en toute simplicité.


 
 

Que font les
sœurs de la
Congrégation
de Notre-Dame
en 2019 ?